éthique et esthétique

Difficile de me rendre compte, car j’étais dans le feu de l’action, mais il me semble que l’émission (Le Carnet d’or sur France Culture) s’est bien passée. Augustin Trapenard avait bossé, je veux dire vraiment bossé, et il était volubile et enthousiaste. Ce n’est pas si courant. J’ai eu de la chance pour ce livre, aussi avec Bernard Quiriny, Romain de Tuez-les tous, Macha Séry du Monde, et quelques autres. Il faut le savoir chers lecteurs : parfois, trop souvent, les journalistes ne lisent pas les livres ou se contentent de recopier l’argumentaire donné par l’éditeur. Alors tomber sur des professionnels, passionnés, curieux, ouverts, et doués bordel ! ça fait du bien. L’émission a marché aussi parce que Fabrice Colin, Maxime Chattam et moi avons été curieux de l’univers de chacun. Tout est fait pour que les auteurs se comparent, se jalousent, se concurrencent. C’est agréable de constater que de temps en temps ça se passe bien, que certains auteurs ne sont pas centrés sur leur égo : trois écrivains se rencontrent, discutent, dans une atmosphère de respect et d’ouverture. Et ça me donne envie de découvrir les thrillers de Chattam et les romans (jeunesse, adulte, et son polar chez Sonatine) de Colin.

L’émission est à écouter samedi de 17 à 18h, ici.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.