le jour se lève et le monde est à nous

Souvent j’écoute la même chanson. En ce moment Let’s not shit ourselves, de l’ami Conor Oberst (The Bright Eyes). Toute la journée. Je tombe amoureux. C’est ma façon de vivre. Et alors j’ai envie d’embrasser cette chanson, d’être embrasser par elle, de façon déraisonnable. Je veux ce contact physique avec elle, qu’à force de l’écouter, elle déteigne dans mon sang, elle s’incorpore à mon cerveau et se mêle à ma moelle osseuse. Je ne connais pas d’autre façon d’aimer, pas de demi-mesure, pas de dose homéopathique. C’est un corps contre corps. Un changement de composition de l’atmosphère. Une opération de chimie complexe. Un changement d’époque, de dynastie, de civilisation. Rien ne sera plus pareil. Les temps anciens se terminent. Le jour se lève et le monde est à nous.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.