le hasard c’est le papillon rare que l’artiste chasse

Parfois je peux donner l’impression que je maîtrise les choses, mais la vérité c’est que, la plupart du temps, je suis perdu. J’ai des idées, des intuitions, mais bordel qu’est-ce que je suis censé en faire ? Pourquoi tout ne se met pas en ordre magiquement comme dans Fantasia ? Alors il faut descendre dans la mine, avec sa pioche et sa lampe, et travailler. La vérité c’est qu’une œuvre est une affaire de chance, et de coïncidences que l’on aura réussi à saisir. La hasard c’est le papillon rare que l’artiste chasse. Nous remuons ciel et terre, les grands arbres et les buissons, et les rivières, pour faire s’envoler ce papillon. Cette chasse créé rapidement du bazar, alors on le range, on tente de lui donner une forme, enjolivée de nos papillons pépites. On maîtrise les choses à certains moments. Mais ça s’échappe l’instant d’après. C’est un état de tension, où l’on contrôle, puis on l’on ne contrôle plus. Il faut contrôler et aussi s’abandonner, comme en état d’hypnose, être excessivement conscient et laisser dériver notre esprit. Créer c’est vivre la contradiction et c’est remuant. Mais ça fait la beauté de la chose.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.