la transformation des soirées en poèmes

Il y a des soirées qui sont des poèmes. Pas directement, non, c’est juste qu’on les transforme en poème parce que sinon c’est triste et cafardeux, alors la transformation leur fait du bien, ça leur donne des couleurs et une épaisseur chaleureuse. C’est la solution des amicaux habitants des maisons obscures (ahmo), transformer ce morceau de pain qui est notre unique repas en poème, transformer la tristesse en sonnet, et ce coeur qui saigne en haïku. Mais la transformation ça va bien, un temps, on ne peut pas être un magicien tout le temps, parce qu’on risque d’être kidnappé par le royaume des ténèbres, il faut être prudent avec la magie, alors il y a la joie, la simple joie d’être en vie, et d’être entouré par d’autres êtres maladroits et faillibles comme nous. La joie c’est le corps, et la fin des petites certitudes encombrantes, c’est à dire un animisme : nous sommes dans la vie davantage que nous sommes en vie.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.