heureusement tu n’es pas là

Heureusement tu n’es pas là. Ainsi je peux te contempler dans ton entièreté, tu es mon paysage ce soir. Loin, mais là, une absence qui est une démultiplication de la présence. Son double. Tu me manques et c’est très bien comme ça, car cela se résoudra demain soir, le vide est limité. L’absence est une loupe et un télescope, le verre correcteur de la myopie que donne le quotidien. Je retrouve mon regard sur toi, mon cœur bat avec plus de poids et de confiance. L’absence est belle ce soir.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.