ebooks

Par curiosité et parce que les maisons traditionnelles passent forcément à côté de bons livres, j’ai acheté un lecteur de livres numériques, et ce matin quatre livres : Macadam Gonzo, de Jeff Balek (éditions Numériklivres), Les villes fantômes de Jean Rouaud (Publie.net), Miami Heat, de Palmer Mc Grady (éditions Walrus) et Fin de route, tome 1, de Jean-Louis Michel (éditions Numériklivres).

Le livre numérique c’est une occasion pour les maveriks de publier des textes refusés partout. C’est le moyen d’ouvrir plus grand l’accueil fait aux écrivains débutants, pas bien traités souvent. Etre publié est un combat. Question de chance, d’un jeu favorable de coïncidences, de qualité de texte aussi. Les maisons numériques ont l’air plus apte à prendre des risques permanents. Dieu sait si j’aime le livre papier, et mon éditrice flamboyante. Mais c’est pas mal que les deux existent. Alors reste la question de : encore un truc électronique qui va partir en fumée d’ici deux trois ans, il faudra en racheter un autre. Et ça craint. Mais comme craignent les livres mal imprimés sur du papier dégueulasse. Il y a un problème de civilisation. C’est la merde. Il faudrait changer tout ça. Ces livres électroniques devront finir par être imprimés et rejoindre nos librairies adorées. Lieux de vie.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à ebooks

  1. Bonne lecture Pit ! Petite correction en passant : Jeff Balek est publié chez Numériklivres, et non Walrus !

Les commentaires sont fermés.