ce qui empêche et ce qui pas

Ce qui empêche d’écrire : mal de tête, fatigue à cause d’une nuit trop courte. Ce qui permet d’écrire : mal de tête, angoisse, terreur, flashs luminescents de plaisir cérébral.

J’ai mal à la tête et mes yeux se ferment, je dois tenir le coup, putain tiens le coup mec, ça va passer, ça va aller. Je vais me lever faire quelques pas dans le froid qui n’est plus assez froid bordel alors que j’ai besoin de lui. Me faire un café solide. Mâcher un morceau de carton. Ghostfighter l’image d’un connard que je voudrais exploser mais le vernis de civilisation m’empêche de le faire. Appeler quelqu’un au téléphone et avoir une discussion légère et vive comme le vol d’un colibri. Recharger les batteries. Renaître. Ne pas se laisser faire. Le corps a des réserves.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.