artistes

Savoir si être écrivain est un métier c’est mal poser la question. La biais est là et fout tout en l’air. Le seul véritable enjeu devrait être de faire de tous les métiers un art.

Ray Bradbury est mort. Il faut lire son Zen in the art of writing. L’art ne tombe pas du ciel, il n’y a pas des élus. C’est du travail, de l’acharnement, de la sensibilité cultivée. Et les portes sont grandes ouvertes. On s’en fout des diplômes, de l’âge, du milieu. Si ça vous branche, foncez. On ne nous a jamais dit que c’était pour nous. Cela paraissait réservé aux bons élèves, aux enfants des familles bourgeoises. Mais la vérité c’est ça : la littérature a besoin des bandits manchots, des mavericks, des misfits que nous sommes, elle a besoin de ceux qui n’ont pas pris les sentiers tracés. L’art n’est réservé à personne, et pourtant tout ce qui le sacralise essaye de nous éloigner, d’en faire un truc chic. Mais non c’est pour nous, on s’en fout de cette sacralisation des usages et des accès. L’art c’est notre vie, notre intimité, et car nous sommes vivants, quels que soit nos bagages, nous avons le pouvoir de créer.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.